6.5.11

Péchiney direct. Belledonne.

Péchiney direct, Chamrousse. Belledonne.
280m, 5c+. Équipement: spits.
Cette belle journée de printemps on à choisi une voie dans un rocher diferent, car on ira grimper à Belledonne.
La voie chosie est la Péchiney directe, presque 300m de voie dans une roche, "amphibolite", diferente au calcaire: un espéce de gneiss selon la guide (à moi, il me parait plutôt du schiste!).
En tout cas ça fait du plaisir de changer l'archiconnu calcaire pour une roche cristalline.

On monte jusqu'au Chamrousse, la station de ski de l'Arselle, totallement fermée et presque désertique (2 ou 3 voitures).
D'abord il faut pas s'entromper avec le chemin, car il se prête à des confusions.
Le paysage de prinetemps est trop beau!

Enfin la falaise! Ça se voit depuis la crête SW du Tour de l'homme. Ensuite il faut descendre un chemin marqué par un cairn, et glisser et glisser (ça glisse!), traverser le couloir et ses éboulis,

et trouver la "vire" qui traverse la base de la paroi. La voie commence 1m à gauche du cable qui équippe la vire.

Voilà la premiére longueur, qui commence en 3+ pour ensuite devenir 5c+. Toute la voie est assez soutenue dans le 5.

Le début de la deuxième longueur, à gauche pour aller chercher un dièdre.


La vue est assez impressionante aussi, car le pied de falaise est trés verticale, on voit la vallée, la route qui relie Grenoble et Bourg d'Oisans, tout au fond.

La troisième longueur. La deuxième moitié de ce longueur (et le debut du suivant) passe à droite de l'arête du plier (plein gaz!!), par une dalle, que curieusement est le plain d'une faille.

Le quatrième longueur, qui suit la faille pour aprés aller à droite par un ressaut, pas assez difficile (6a).


Cinquième longueur. La seule difficulté est un petit pas de mains: on essaye de monter les pieds mais ça glisse! Il faut se servir des mains alors!!

Peu aprés, la deuxième partie de la longueur est un enorme bloc fracturé, qui nous donne du plaisir à grimper. Trés aérien et atlethique, mais pas enormement difficile.

Et au fond, au S, la vue sur le massif du Taillefer.

Et vers l'E, la vue sur la vallée de la Romanche, et le massif de les Grandes Rousses.

Voici le parcours de la huitième longueur, qui file directe vers la sortie naturelle de la falaise.


Je ne sais pas ce que Bruno était en train de me dire, mais je trouve cette photo rigolo!

Et enfin, la sortie de la voie: à gauche le dernier relais et la falaise, à droite, le chemin qui suit la crête.


On trouve un autre système de failles, cette fois elles coupent le système que on à trouvé aparauvant, au milieu de la voie.

Et en descendant, on se dise que ça serait sympa de venir grimper quelques jours ici, en s'installant sur un coin de cette forêt avec une tente. Elle est fraiche et tranquille, idéale pour le printemps!

2 comentaris:

  1. Xavi, estan bé les vies de Belledone? Sempre ho he volgut conèixer i veig al teu blog que la roca és curiosa, però que el lloc val la pena...

    N'hi ha alguna d'especialment recomanable?

    ResponElimina
  2. Doncs la roca està prou bé. Al principi dona una mica d'inseguretat (qüestió del canvi de calcari a esquist), però resulta que és bastant sòlida i no es trenca tant fàcilment com sembla. I amb la quantitat de parabolts que aquests francesos posen per llarg, no cal patir. Ara, si el que vols es escalar semiequipat com fem a Catalunya, aqui no és un bon lloc...
    Belledonne val molt la pena, però ho conec més per les hivernals que per la roca, les vies del costat també es veuen bé, però piquen una mica més... Si coneixes el Camp to Camp hi ha totes les ressenyes, i si no, em dius un correu i t'envio un email amb les ressenyes en pdf que tinc jo.

    ResponElimina