13.2.11

Le festin de Babette, Bauges.

Le festine de Babette, Mont Peney. Bauges.
250m, 6a. Équipement: trop equipée!!!
Materiel: 12 dégains, 2 sangles.

Ce weekend je l'avais pris, normallement, pour me reposer, aprés tous ces weekends froids de cascade et couloirs, et aprés l'accumulation d'ampoules dans mes pieds (oui, faire la cascade et grimper un couloir avec des chaussures de ski de montagne qui ne se sont pas encore adapté à mes pieds, ça fait des ampoules!).
Mais un email vendredi qui m'offrait d'aller grimper... avec cette méteo qui annonçait du beau temps, du soleil et de la chaleur... je n'ai pas pu me résister. Allez, on ira grimper Dimanche avec Chloé!!!
On m'avait déjà parlé de cet secteur, la face S du mont Peney, avec plusiers voies de plusiers longueurs, même il y a un secteur d'escalade artificiel. On à choisi peut-être la voie la plus facile du secteur, un 6a!!!

L'approche est assez joli et facile: une piste de jeep, et ensuite 15 minutes de sentier en descente, pour arriver à la base de la falaise. Alors on doit suivre à coté de la base jusqu'au arriver à nôtre voie.

Le premier pas de la voie commence bien raide et bien difficile. "Si ça c'est un 5c... qu'est-ce qu'on fera au longueur de 6a??" je me dise. C'est pas par hasard que dans les premiers 4 metres de voie il y a ¡5 assurances!
Finallement, quand on a superé les premiers metres, la reste du longueur se laisse faire assez bien...
Il y a une deuxième cordée qui vient de commencer la voie.

La 2ème longueur est un court passage dans une vire herbeuse qui ne pose pas des problemes.
La 3ème longueur est un 5b, plus impressionant que dificile. Il y a un pas à droite un peu long, pas evident... Mais finalement ça se passe bien!

La 4ème longueur est une autre chose!!! Un 6a bien long, un dièdre magnifique mais dur. En plus on trouve un passage dont la prise clé est un petit bloc qui ne tardera à bouger (je le tape -clac! -clac! et ça me done l'air d'être en train de tomber)... je peux finalement me debrouiller pour faire le passage sans m'assir dans ce bloc douteux, et continuer avec la lutte de ce 6a.
Le relais, par contre, est le plus confortable que j'ai trouvé en plusiers ans. J'ai même envie d'y retourner avec mon duvet pour faire un bivouac!!!

Surtout avec cette jolie vue, le soleil qui nous chauffe le visage...

La 5ème longueur est une marche a pied dans une vire, qui ne posa pas de problèmes.
Le début de la 6ème longueur est un "5c+" court mais trés tecnique. Peu aprés on continue dans un 5, et peu aprés dans un 4, et peu aprés dans un 3, etc, jusqu'au arriver au relais, situé aussi dans une vire longue. La deuxième cordée nous atrappe et nous demande d'aimablement nous laisser passer, et nous, aimablement, nous nous laissons passer.


7ème longueur: la vire longue (quelques 55m) jusqu'au pied du 2ème tronçon de la voie.

On voit la vire au fond.
Ici on à arrivé au 7ème relais, où on attend aimablement la cordée qui nous à dépassé. Dans quelques instants, quand ils auront quité le relais, on pourra continuer avec la 8ème longueur, normalement un court passage de 4. Moi, je continue un peu plus jusqu'au un relais intermédiaire du 8ème longueur, là où je m'arrête.

Chloé, qui n'a pas grimpé depuis l'eté, et qui est plus habituée aux couennes et à la salle, commence à être déjà un peu fatiguée.
Allez!!! Un peu plus et on aura fini la voie!!

Voici l'arrivée du 9ème longueur, une dalle lise. Heureusement le karst nous à creusé, aimablement, un réseau de petits trous, et l'escalade consiste en aller d'un trou à l'autre, jusqu'au relais, une autre relais trop confortable.
Ici on s'arrête 5 minutes pour manger quelques biscuits, afin de récuperer la force, mais on est tellement bien que on risque d'avoir la flemme de continuer. Par chance, le soleil ne nous chauffe déjà si bien que pendant la reste de la voie, et ça nous donne un motif extra pour continuer à grimper. De toutes façons, il ne nous reste que la derniére longueur, la 10ème.

Autour de nous, et pendant que nous grimpons, quelques planeurs nous visitent une fois et une autre. Ah! Si tellement nous pouvions gagner l'altitude comme eux, qui utilisent les courants térmiques pour rémonter en silence commodément assís... Bah, de toutes façons c'est clair que nôtre sport est beaucoup plus plaisant!!

Et enfin, la dernière longueur, la seule qui nous offre un peu (un tout pétit peu!) de térrain d'aventure!! On trouve deux trous equipés de cordelettes. Mais le couleur de ces deux cordelettes est un peu... comment dire?? -Decoloré, voilà!! Moi, qui je'n avais déjà trop envie, je profite pour placer quelques sangles.
J'aimerai voir aussi les yeux terrifiés de tous ceux grimpeurs qui ont besoin de tellement d'expansions: ici, dans une morceau de dalle lise de quelques 10m, sans spits, et avec seulement deux tristes sangles pourries où placer ses dégaines...

Et finalement la sortie de la voie!

On profite les derniers rayons de soleil (16h30) pour manger notre sandwich et admirer une autre fois la jolie vue qui nous offre le paysage (au fond, la Belledonne).

Nous nous disons aussi que ça vaudra la peine de repetir l'experience, peut-être dans une voie d'escalade qui soit plus "terrain d'aventure". Au moins, qui n'aie pas tellement de spits pour que on puisse se sentir avec un peu plus de liberté!!!
Oui, on repetira!!!

Et voici une photo du chemin de retour à la voiture: un petit et agréable chemin tapissé de feuilles d'automme, avec quelques petites taches de neige ici et là.

Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada